Breadcrumbs

Conseils en matière de santé sexuelle : idées fausses concernant les contraceptifs

Les contraceptifs sont si nombreux qu’il est parfois difficile de s’y retrouver. Ces moyens de contraception ont été conçus pour prévenir les grossesses non désirées et pour empêcher la propagation des infections transmissibles sexuellement (ITS). Toutefois, quand on se fie au bouche-à-oreille plutôt qu’aux faits, la confusion s’installe. Pas étonnant qu’autant de gens courent le risque d’avoir des rapports sexuels non protégés.

Il est important pour votre santé d’utiliser un moyen de contraception quand vous êtes sexuellement actif. Dans le présent article, nous déboulonnons certaines des idées fausses qui circulent à propos des contraceptifs, et nous faisons le bilan des avantages et des inconvénients de chaque moyen de contraception.

 

Condoms masculins

Certaines personnes n’utilisent pas de condoms parce qu’elles les croient peu sûrs ou faciles à déchirer. En réalité, les condoms masculins sont efficaces à 98 %. Utilisés correctement, ils constituent un moyen de contraception très sûr[1]. Ils font aussi partie des contraceptifs qui protègent à la fois contre la grossesse et contre les ITS. Les condoms masculins sont largement disponibles et faciles à enfiler. Toutefois, un mythe persistant veut que les condoms atténuent les sensations ressenties pendant les rapports sexuels. Bien que cela ait pu être le cas des condoms d’antan, les progrès accomplis dans la fabrication des condoms font qu’il n’y a plus lieu de craindre cet inconvénient. Les condoms extraminces Durex Invisible, par exemple, sont conçus pour maximiser la sensibilité pendant les rapports sexuels[2], tout en procurant un degré élevé de sûreté et de protection[3].

 

Condoms féminins

Les condoms féminins sont efficaces à 95 % s’ils sont utilisés correctement et systématiquement[4]. Cependant, ils sont plus chers et moins faciles à trouver que les condoms masculins[5]. Assez simple, la méthode d’utilisation d’un condom féminin est similaire à l’insertion d’un tampon. Adoptez une position confortable, pressez l’anneau situé à l’extrémité du condom, puis insérez complètement le condom dans le vagin, en vous assurant qu’il ne s’entortille pas[6]. Comme les condoms masculins, et contrairement à d’autres moyens de contraception, les condoms féminins protègent à la fois contre les ITS et contre les grossesses non désirées[7].

 

Diaphragmes et capes cervicales

Ces deux moyens de contraception couvrent le col de l’utérus pour empêcher les spermatozoïdes d’atteindre l’ovule. Ils doivent être insérés dans le vagin avant le rapport sexuel. Utilisés correctement avec un spermicide, ils ont une efficacité de 92 à 96 % contre les grossesses non désirées[8]. On croit souvent à tort que le diaphragme et la cape cervicale peuvent être retirés tout de suite après une relation sexuelle, comme le condom, mais ce n’est pas le cas. En fait, ces contraceptifs doivent être laissés en place dans le vagin pendant au moins six heures après la relation sexuelle[9]. Il est important qu’un médecin ou une infirmière vous montre comment utiliser le diaphragme ou la cape cervicale la première fois, afin que vous sachiez l’insérer correctement[10]. Chez certaines femmes, l’utilisation du diaphragme peut provoquer une cystite[11]. Le cas échéant, il est recommandé de consulter un médecin. Contrairement aux condoms, les diaphragmes et les capes cervicales n’offrent qu’une protection limitée contre les ITS[12].

 

Pilule (contraceptif oral)

Les femmes ont largement adopté la pilule comme moyen de contraception. La pilule la plus courante, le contraceptif oral combiné, doit être prise tous les jours, ou pendant 21 des 28 jours du cycle menstruel. Pendant la pause de sept jours, la femme aura habituellement ses règles, avant de prendre la série suivante de comprimés[13]. Une autre pilule courante, le contraceptif oral progestatif, doit être prise tous les jours, sans pause menstruelle. [14]

Environ 100 millions de femmes dans le monde prennent la pilule[15]. Lorsqu’on l’utilise correctement, la pilule est efficace à plus de 99 % contre les grossesses indésirées[16]. De plus, pendant les règles, elle peut réduire le flux menstruel et les douleurs qui incommodent de nombreuses femmes[17]. Toutefois, on trouve de nombreux contraceptifs oraux sur le marché, et certains d’entre eux ne conviennent pas à toutes les femmes. Si vous choisissez d’utiliser la pilule, votre médecin vous soumettra à des tests et vous posera une série de questions d’ordre médical, afin de déterminer si ce moyen de contraception vous convient[18]. Pour être efficace, la pilule doit être prise correctement et assidûment; sinon, ses effets peuvent être diminués. Il est très important de noter que la pilule protège seulement contre la grossesse, et non contre les ITS. En cas d’incertitude, vous devriez utiliser un condom[19].

 

Pilule du lendemain (contraceptif d’urgence)

À ne pas confondre avec la pilule contraceptive courante, la pilule du lendemain est conçue pour être prise après une relation sexuelle, si l’on a eu des rapports non protégés ou si le moyen de contraception d’origine a fait défaut. La pilule du lendemain inhibe l’ovulation ou l’installation de l’ovule fécondé dans l’utérus[20]. Son nom peut laisser croire que la pilule du lendemain ne peut être prise que dans les quelques heures qui suivent une relation sexuelle, mais ce n’est pas le cas. Certaines pilules du lendemain doivent être prises dans les 72 heures (trois jours) suivant la relation sexuelle, alors que d’autres sont efficaces jusqu’à 120 heures (cinq jours) après la relation[21]. Mais dans tous les cas, plus tôt on prend un contraceptif d’urgence, plus son potentiel d’efficacité est élevé[22].

Prise dans les 72 heures suivant une relation sexuelle non protégée, la pilule du lendemain peut réduire de 89 % le risque de grossesse; l’efficacité grimpe à environ 95 % si la pilule est prise dans les 24 heures suivant la relation[23]. Même si elle est généralement considérée comme sûre, la pilule du lendemain peut provoquer des effets secondaires modérés à court terme, par exemple des douleurs abdominales, des maux de tête et de la fatigue[24]. Autre inconvénient possible : la pilule du lendemain peut modifier votre cycle menstruel[25]. La pilule du lendemain ne protège aucunement contre les ITS[26].

 

Implant contraceptif ou piqûre contraceptive

Efficaces à plus de 99 % s’ils sont utilisés correctement, ces deux moyens de contraception consistent en une injection de progestatif[27]. L’effet de la piqûre dure de 8 à 13 semaines, alors que l’implant fonctionne environ trois ans (il peut cependant être retiré plus tôt au besoin, par intervention chirurgicale)[28]. Toutefois, un implant ou une piqûre ne sera pas efficace si la femme est déjà enceinte[29]. Par ailleurs, les interventions nécessaires doivent être exécutées par un professionnel de la santé pleinement qualifié. Enfin, les règles peuvent être perturbées et plus douloureuses. C’est pourquoi ces moyens de contraception ne conviennent pas nécessairement à toutes les femmes. [30]

 

Système ou dispositif intra-utérin (SIU, DIU)

Il s’agit de deux moyens de contraception à long terme. Le SIU dure de 3 à 5 ans, et le DIU, de 5 à 10 ans[31]. Les deux méthodes emploient un dispositif en plastique qu’on insère dans l’utérus pour arrêter l’ovulation. Ils sont efficaces à 99 %[32]. Sachez toutefois qu’ils peuvent ne pas convenir à certaines femmes, par exemple celles qui ont une ITS non traitée[33]. De plus, certaines femmes peuvent être dissuadées par l’intervention médicale nécessaire. Si ces moyens peuvent être douloureux pour certaines au début, l’inconfort est généralement de courte durée. Malgré la croyance populaire, les dispositifs intra-utérins risquent peu de se décrocher (moins de 5 % des cas pour les DIU), selon Amy Bryant, professeure adjointe en obstétrique et gynécologie[34]. Comme d’autres moyens de contraception, les contraceptifs intra-utérins peuvent modifier le cycle menstruel et son intensité, et ils doivent être installés par un professionnel de la santé[35].

 

Stérilisation masculine et féminine

La stérilisation est un moyen de contraception permanent, accessible tant aux hommes qu’aux femmes, qui présente un taux d’échec de 1 pour 2 000 chez les hommes, et de 1 pour 200 ou 500 chez les femmes (selon la méthode)[36]. La stérilisation masculine (vasectomie) est une intervention simple et rapide, qui nécessite habituellement une anesthésie locale. La stérilisation féminine, quant à elle, se réalise sous anesthésie générale. Le recours à la stérilisation ne doit pas être pris à la légère, car cette intervention peut vous empêcher pour toujours d’avoir des enfants. La stérilisation est potentiellement réversible, mais l’intervention est très coûteuse et n’est pas toujours couronnée de succès[37].

Comme vous pouvez le constater, il existe de nombreux moyens de contraception. Avant d’avoir des rapports sexuels, il est important de déterminer avec soin quel moyen de contraception vous conviendra le mieux. Mais avant de prendre votre décision, prenez le temps de discerner le vrai du faux.

 

[1] http://www.nhs.uk/conditions/contraception-guide/pages/male-condoms.aspx

[2] http://www.durexcanada.com/en/products/condoms/performance/durex-invisible-extra-thin-extra-sensitive/

[3] http://www.durexcanada.com/en/products/condoms/performance/durex-invisible-extra-thin-extra-sensitive/

[4] http://www.nhs.uk/Conditions/contraception-guide/Pages/female-condoms.aspx

[5] http://www.nhs.uk/Conditions/contraception-guide/Pages/female-condoms.aspx

[6] http://www.avert.org/sex-stis/safer-sex-hiv/female-condoms

[7] http://www.nhs.uk/Conditions/contraception-guide/Pages/male-condoms.aspx

[8] http://www.fpa.org.uk/sites/default/files/your-contraceptive-choices-chart.pdf

[9] http://www.nhs.uk/Conditions/contraception-guide/Pages/contraceptive-diaphragm.aspx

[10] http://www.nhs.uk/conditions/contraception-guide/pages/contraceptive-diaphragm.aspx

[11] http://www.nhs.uk/Conditions/contraception-guide/Pages/contraceptive-diaphragm.aspx

[12] http://www.sexualhealthsurrey.co.uk/condition/condition_diaphragms_and_caps/

[13] http://www.nhs.uk/Conditions/contraception-guide/Pages/combined-contraceptive-pill.aspx

[14] http://www.nhs.uk/Conditions/contraception-guide/Pages/the-pill-progestogen-only.aspx

[15] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23384741

[16] http://www.nhs.uk/Conditions/contraception-guide/Pages/combined-contraceptive-pill.aspx

[17] http://www.fpa.org.uk/sites/default/files/your-contraceptive-choices-chart.pdf

[18] http://www.netdoctor.co.uk/conditions/sexual-health/a2256/the-contraceptive-pill/

[19] http://www.nhs.uk/Conditions/contraception-guide/Pages/combined-contraceptive-pill.aspx

[20] http://www.nhs.uk/conditions/contraception-guide/pages/emergency-contraception.aspx

[21] http://who.int/mediacentre/factsheets/fs244/en/

[22] http://www.healthline.com/health/emergency-contraception/possible-side-effects#2

[23] http://www.webmd.com/sex/birth-control/plan-b#1

[24] http://www.nhs.uk/conditions/contraception-guide/pages/emergency-contraception.aspx#effects

[25] http://www.nhs.uk/conditions/contraception-guide/pages/emergency-contraception.aspx#period

[26] http://www.nhs.uk/conditions/contraception-guide/pages/emergency-contraception.aspx

[27] http://www.nhs.uk/conditions/contraception-guide/pages/contraceptive-injection.aspx

[28] http://www.fpa.org.uk/sites/default/files/your-contraceptive-choices-chart.pdf

[29] http://www.ippf.org/blogs/myths-and-fact-about-implants

[30] http://www.fpa.org.uk/contraception-help/contraceptive-implant

[31] http://www.fpa.org.uk/sites/default/files/your-contraceptive-choices-chart.pdf

[32] http://www.fpa.org.uk/sites/default/files/your-contraceptive-choices-chart.pdf

[33] http://www.nhs.uk/Conditions/contraception-guide/Pages/ius-intrauterine-system.aspx

[34] http://www.huffingtonpost.com/entry/5-myths-about-iuds-you-need-to-stop- believing_us_55d74c7fe4b04ae49702f896

[35] http://www.nhs.uk/Conditions/contraception-guide/Pages/ius-intrauterine-system.aspx

[36] http://www.fpa.org.uk/sites/default/files/your-contraceptive-choices-chart.pdf

[37] http://www.fpa.org.uk/contraception-help/sterilisation-male-and-female